Un café lyonnais, foyer de résistance

 

On connaît le rôle jo par les « bistrots » proches de lhôtel de ville de Lyon dans la mise en place des mouvements de Résistance, avec entre autres, le mouvement Franc-tireur dont les initiateurs fquentaient les lieux avant la guerre.

Ces cafés abritèrent alors tout naturellement les premiers rassemblements de celles et ceux qui refusaient loccupation  et  le  régime  de collaboration.

Ils servaient de boites aux lettres, de lieux de rendez-

vous clandestins…

 

Mais, loin du quartier des Terreaux, un café du quartier lyonnais de Monchat dans le 3e arrondissement fut un lieu de Résistance.

 

  Le « café DESSERT » dit « ARMAND » à lépoque, est situé au 23 rue Baraban, à proximité du cours Lafayette Il est maintenant fermé depuis quelques années seulement.

 

   A lautomne  1941,  le  propriétaire  fut  contacté   par Edouard  PAREL,  qui  sopposa  ouvertement  à  la révolution nationale de Vichy et fut condamné pour cela en janvier 1941.

   PAREL était un habit du café DESSERT. Dès le mois de décembre 1941 y sont entreposés des tracts, des journaux clandestins et même des armes.

 

   Le « Bistrot » devint alors une sorte de quartier général,véritablplaque tournantvers, Chambéry, Marseille, Toulouse, Clermont-FerrandCette activité durera deux ans et demi, puis le café deviendra  un  lieu  d

 

 rendez-vous,  de  déde courrier ainsi que dhébergement de clandestins.

 

Il sera un lieu important du mouvement libération, et les chambres, au dessus de la salle du café, hébergeront un grand nombre de Résistants, parmi lesquels Emmanuel DASTIER de la VIGERIE, Robert LACOSTE, Lucie et Raymond AUBRAC, Alban VISTEL, Marius VIVIER-MERLE, etc…

 

En octobre 42, une perquisition policière a lieu

sans sultat

En  mars  43  cest  la  « visite »  de  la  Gestapo  qui recherche le Résistant FTP, Pierre LACHAIZE, puis en mai 43, nouvelle incursion infructueuse de la Gestapo.

A l automne 43, un typographe de Saint-Etienne,

MEUSBURGER     est    arrêté    par    la    Gestapo    et

« retourné ».

 

La situation devient dangereuse, DESSERT, le propriétaire peut senfuir à temps mais de nombreuses arrestations démantèlent en partie lorganisation.

 

Rédigé d’aps les travaux de Maurice Moissonier


Réagir

CAPTCHA