Comité de Vénissieux

contact : mhouel@free.fr

 

COMMEMORATION DU 70 anniversaire de la Reddition sans condition de l'Allemagne nazie.

 

il y avait de l'émotion ce 8 mai, à Vénissieux

Des mots, contre l'oubli 

après le chant des Partisans chanté par les élèves de 3e du collège Paul Éluard, Les jeunes Mohamed-Rida, Inès, Arthur, Julia, Sophia, Oumaima, Alex, Lydia tous élèves de CM1, CM2, élus au Conseil municipal des enfants ont lu différents textes dont le serment de Mauthausen, les collègiens à leur tour, ont  présenté des extraits des textes de Pierre Brossolette, Geneviève De Gaulle Anthonioz, « La traversée de la nuit », et Primo Lévi, « Si c’est un homme ».

 

E. Pascal pour l'ANACR et  Mme  la maire Michèle Picard.Dans leurs interventions ont, toutes les deux  souligné l'importance de cette journée . Après avoir rappelé l'horreur de cette guerre sans précédent, l'action de ces femmes et de ces hommes, refusant la défaite,la trahison de Pétain, engagés dans une lutte contre le nazisme et le fascisme, elles ont rappelé l'importance 

de connaitre le passé pour construire l'avenir.

La Marseillaise chantée elle aussi a ensuite raisonné avant que les autorités n'aillent remercier les porte drapeaux

 

Beaucoup d’émotion pendant les interventions et les chants.

 

 


 

Vénissieux n'a pas oublié de rendre hommage le 26 avril aux victimes des camps de concentration et d'extermination du 3e Reich, 

 

la gerbe de la mairie, déposée par Mme la Maire accompagnée de M. Roger Gaget, Résistant, et de 2 enfants a fleuri le "Mur des Déportés"

 



les adhérents du Comité de Vénissieux  ont eu la douleur de perdre lleur trésorière, fidèle depuis de nombreuses années, elle est décédée après une longue maladie. le drapeau de l'ANACR départemental et de Comité de Vénissieux étaient présents pour lui rendre hommage.

 


le 11 décembre 2014
Déclaration :
Pour le respect de la démocratie – « héritage de la Résistance » - à Vénissieux


"L’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami-e-s de la Résistance n’a pas pour habitude, ni pour objectif de donner des consignes de vote pour telle ou telle élection politique.
Par contre elle ne s’interdit pas de rappeler que le débat démocratique, autour des valeurs républicaines, du vivre et construire ensemble une cité ou Liberté Egalité, Fraternité ,doit donner du sens à la vie démocratique.
Pour nous l’héritage du Conseil National de la Résistance et de son programme constitue une boussole pour la vie démocratique publique.
A ce titre nous sommes vigilants et surtout sans concession vis-à-vis de tout ce qui peut porter atteinte à cet héritage, à ce patrimoine commun.
Alors oui ! ce qui se passe aujourd’hui à Vénissieux est bien une atteinte à l’expression actuelle de ces valeurs que nous ont légué les Résistants dans leur diversité d’opinions politiques, philosophiques ou religieuses.
Ces Résistants qui par leur combat on contribué à la construction d’une République Française démocratique et sociale.
A Vénissieux, lors des dernières élections municipales, une liste d’extrême droite, menée par des individus ayant pour certains déjà une longue carrière au Front National, avait pollué le débat démocratique et cela à l’époque nous l’avions publiquement dénoncé.
En fait leur pouvoir de nuisance, direct ou indirect, continue et a conduit à ce que soit remis en cause le choix démocratique des Vénissianes et des Vénissians.
Il est d’autre part fortement regrettable que certains aillent jusqu'à se féliciter de la remise cause de ces élections, mais que surtout s’organise une surenchère autour des idées d’extrême droite même si parfois elle sont camouflées par un recyclage douteux.


C’est parce que notre association est attachée au pluralisme démocratique de la vie politique que
nous sommes particulièrement vigilants et que nous appelons à cette même vigilance.
Il est dangereux de jouer avec le feu et il nous appartient de le rappeler au nom de la mémoire de
celles et ceux qui ont payé de leur vie le combat contre le nazisme et le fascisme et sa version
pétainiste et cela il y a seulement quelques 70 années.
L’extrême droite sous ses différentes appellations, formes et variantes s’appuie toujours sur des
situations de crise, sur la misère, le désarroi, la désillusion, cela hier, mais hélas encore
aujourd’hui en 2014.
Nous savons malheureusement où cela mène, c’est pour cette raison qu’il faut parfois rafraîchir
notre mémoire historique.
Pour l’ANACR : dénoncer, alerter, mobiliser…. nous estimons que cela fait partie de notre
responsabilité.
Surtout à Lyon, Capitale de la Résistance, et dans cette ville de Vénissieux où nombre de ses
enfants se sont engagés pour la liberté et cela au prix de nombreux sacrifices. (Les plaques et les
monuments sont là pour en témoigner et nous le rappeler).
Alors « Rien ne doit tomber dans l’oubli » et surtout rien ne peut justifier la remise en cause des
choix démocratiques exprimés par le suffrage universel qui a confié la gestion de la ville à une
équipe municipale sous la responsabilité de Michèle Picard


Pour le Bureau de l’ANACR du Rhône
Roger GAY
Président départemental
 

27 mai 2014

Cérémonie  mardi 27 à 18 h au parc Dupic

"... Au cours de cette journée nationale, dans les collèges et lycées, les enseignants consacreront une partie de leurs cours à la Résistance et à la déportation. Là encore, l’initiative est bienvenue, dans le sens où je crois que les notions de transmission sont devenues un véritable enjeu de société. Je rappelle ces chiffres, moins surprenants que préoccupants : 67 % des 15/17 ans déclaraient, en 2012, ne pas avoir entendu parler de la rafle du Vel d’Hiv, et plus de 4 français sur 10. C’est à l’épreuve de cette méconnaissance que nous devons interroger nos politiques du savoir, d’éducation, et de mémoire partagée...". 

 

souligne madame le Maire au cours de son intervention 

 

voir le texte complet de l'intervention de Mme le Maire Michèle Picard sur son blog

 

http://www.michele-picard.com/journee-de-la-resistance-4-10883/

 

 

 

 

 

 

et le samedi 24 mai

 

 




 

 

Le 8 mai 1945 était signée la capitulation sans conditions de l'Allemagne à cette occasion Mme le Maire de Vénissieux a déposé une gerbe et les enfants du Conseil Municipal ont lu des textes et chanté Bella Ciao

 

 

 



UNE VISITE AU MUSEE

Ce mercredi après midi, une délégation du Conseil Municipal des enfants de la ville de Vénissieux, a été reçue par Mrs Reynoud (responsable du musée ) Roger Gaget (co-président ANACR) Résistant dans les maquis du Haut-Jura,lieutenant FFI,

par Mr Julien Godet (FNDIRP) déporté, par Mme Sanlaville et par les membres du bureau de l’ANACR, pour effectuer une visite commentée du musée et répondre aux

questions.

C’est toujours très émouvant de faire partager à ces enfants de 9 à 11 ans cette histoire terrible.

Mamadou, Majid ou encore Faustine, et tous les autres enfants, ont écouté les témoignages et posé de nombreuses questions. 

 

Mrs Roger Gaget et Julien Godet

 

 



Le 5 décembre 2013, au cinéma Gérard Philippe 

2 projections du film de Gilles Perret "LES JOURS HEUREUX" sont prévues en sa présence et avec la participation de Résistants, entre autres : Roger Gaget, Léon Landini, Pierre Ferra l'une à 14h30 en direction (principalement) des élèves et une 2e séance à 20h. 

 

Ce film retrace l'histoire de la création du Conseil National de la Résistance : entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, les syndicats et tous les mouvements de Résistance vont changer durablement le visage de la France.

Ce programme a donné naissance à la Sécurité Sociale,aux retraites par répartition, aux Comités d'entreprises, à la liberté de la presse, etc...

ce film raconte comment une utopie folle dans cette période est devenue réalité à la Libération, il raconte aussi comment ce programme est demantelé depuis.

Il questionne la réalité sociale d'aujourd'hui et il pose la question de voir comment les valeurs universelles portées par ce programme pourraient irriguer le monde de demain.

 

 

Les intervenants :

Robert Chambeiron, Résistant, dernier témoin vivant ayant participé à la première réunion du CNR le 27 mai 1943,

Raymond Aubrac, Résistant, cofondateur de "Libération sud" décédé pendant le tournage,il tenait absolument à l'existence de ce film,

Stéphane Hessel, Résistant (Forces Francaises Libres), déporté, il est décédé pendant le tournage du film,

Léon Landini, Résistant FTP MOI, arrété et torturé par Klaus Barbie, il continue de témoigner,

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Résistant membre de La France Libre, il est devenu historien,

Yves Guéna, Résistant, membre de la France Libre, plusieurs fois ministre du Général de Gaulle

Nicolas Ofdfenstadt, historien, maitre de conférences,

Laurent Douzou, historien spécialiste de la Résistance, auteurs de plusieurs ouvrages sur cette période, enseignant et membre de l'Institut d'Etudes politiques de Lyon,

Daniel Cordier, Résistant, secrétaire de Jean Moulin, acteur important de la mise en place du CNR,

Christophe Ramaux, chercheur au Centre d'économie de la Sorbonne, enseignant, membre du Conseil scientifique d'Attac. 

et les interwiews de François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-François Copé.

 

A noter qu'un dossier pédagogique est mis à la disposition des professeurs par la Ligue de l'Enseignement sur www.laligue.org et qu'un livret sur le CNR à destination des élèves est disponible gratuitement auprès de la CIDEM (cidem.org).

 

www.lesjoursheureux.net


Réagir

CAPTCHA