Paul BUFFET-BEAUREGARD

Jacques Beauregard

 Engagé pour cinq ans le 25 octobre 1932 dans la D.C.A., Paul Buffet, né le 6  avril 1914  dans une famille d'exploitants forestiers, est en 1939 au Centre de  renseignements de la 14" Région militaire à Lyon.

 Ayant entendu l'appel du 18 juin et décidé à rejoindre Londres, il est arrêté  par les autorités militaires françaises à Port-Vendres alors qu'il tente de  s'embarquer sur I'Ap­-apa.

En janvier 1941, il entre au réseau "France d'abord" à Lyon. Spécialiste des transmissions, il intercepte des communications téléphoniques et radios allemandes, ce qui permettra le bombardement de Turin et de Milan par la RAFle 21 février 1941 .

Le 1"octobre 1942, il est intégré - sous le pseudonyme de Jacques Bauregard - dans les Forces françaises libres (FFL)- en qualité de chef

national technique des transmissions clandestines en France occupée. Il dotera le Plateau du Vercors d'un émetteur ondes-courtes de radio­

diffusion de 2 Kw et créera un service PTI pour la région de Lyon et les départements limitrophes, permettant  des écoutes clandestines sur les réseaux allemands (tels que ceux de la liaison Fort Montluc-Ecole de Santé militaire à Lyon.

 

 

Il crée aussi un service médical d'urgènce com­prenant médecins, chirurgiens et clinique pour tout le personnel des services généraux ainsi que, pour le Vercors, un service de santé militaire comprenant 40 médecins et chirurgiens.

Par ailleurs, il participe activement aux tenta­tives pour délivrer Jean Moulin et son état-major. Poursuivi par la Gestapo, il est blessé par balle

et arrêté le 22 juillet 1943 à Lyon. Torturé et condamné à mort, il est emprisonné au Fort Monluc à Lyon où il décide de se battre jusqu'au bout, en créant à l'intérieur de la prison un service d'information et en aidant à s'évader nombre de ses camarades au cours de leur transfert de la Prison.

Le 11 septembre 1943, ramené sous escorte à son domicile lyonnais par deux inspecteurs de la Gestapo à la recherche de documents importants pouvant s'y trouver, il parvient à sortir de l'appartement, ferme la porte à clé et à s'échapper. Jacques Beauregard rouvrira très vite ses six ateliers clandestins d'émetteurs-récepteurs. Au bout de cinq mois, il décide de rejoindre Londres via l'Espagne mais il est arrêté à nou­ veau et incarcéré au sinistre camp de Miranda del Ebro.

En septembre 1944, chef de mission du Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA), de retour en France, il est chargé de réorganiser

les transmissions gouvernementales en qualité de directeur des Transmissions du Ministère de l'Intérieur et termine la guerre comme Lieute­ nant-colonel (grade d'assimilation).

Paul Buffet-Beauregard, décédé le 12 août 1990, avait été fait Compagnon de la Libération le 20 novembre 1944. Il était Commandeur de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Croix de Guerre 39/45 avec palmes, Médaillé de la Résistance avec rosette.

 

 


Réagir

CAPTCHA