Commémoration de la libération des camps

En présence des autorités civiles, militaires et religieuses de la Métropole, a été célébré dimanche matin au Veilleur de Pierre à Lyon, le 70e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau.l'ANACR était bien sur présente avec ses drapeaux.

Devant une foule attentive se sont succédé plus d’une heure durant, dépôt de gerbes, sonnerie aux morts, minute de silence, Marseillaise, interprétée par les Petits chanteurs de Saint-Marc, lectures de Primo Levi, Elie Wiesel ou encore Simone Veil par des élèves du collège Longchambon etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'ANACR s'investit pleinement pour que toute cette horreur ne se reproduise plus jamais.

 

extrait des statuts de l'ANACR :

Elle lutte contre les idéologies d'inspiration fasciste, le négationnisme, la xénophobie et tous les racismes ; elle se prononce pour la sécurité des personnes et des états, le respect des identités nationales, la fraternité entre les peuples, l'épanouissement des libertés, pour la défense des Droits de L'Homme et de la paix.

 

 

Mais 70 ans, après force est de reconnaitre comme le souligne dans son intervention  Benjamin Orenstein,président de l’Amicale des déportés d’Auschwitz-Birkenau et des camps de Haute-Silésie que  :« Les fantômes des années trente ont ressurgi ». Il constate que « La France pour la première fois dans l’histoire récente devient le premier pays d’immigration vers Israël » car les juifs « ont peur du bégaiement de l’histoire ».Pour Gérard Collomb., maire de LyonL’antisémitisme n’a pas disparu après Auschwitz […] C’est à notre République et à nos valeurs les plus fondamentales de liberté, d’égalité, de fraternité que portent atteinte chaque mot, chaque acte de haine antisémite […] La force de notre Nation, c’est que nous sommes un seul peuple […]».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Réagir

CAPTCHA